Comment s’assurer des retombées de nos investissements dans la formation de nos leaders…

Par Catherine Privé, M.A.P., CRHA, présidente et chef de la direction, Alia Conseil
Comment s’assurer des retombées de nos investissements dans la formation de nos leaders…

Annuellement, plusieurs milliards de dollars sont globalement investis en développement du leadership et selon Nigel Paine, une sommité internationale en leadership, ces sommes sont inversement proportionnelles à la satisfaction et aux retombées observées pour les organisations… Or, le développement du leadership reste pour les entreprises un enjeu critique et seulement 30 % d’entre elles considèrent leur approche actuelle efficace.

En fait, les gestionnaires qui participent à ces programmes ou initiatives de formation retirent de merveilleuses expériences (le programme lui-même est apprécié, mais très peu transféré en milieu de travail) sur le moment, mais il en faut plus que cela pour devenir un bon leader.

Il est essentiel de se focaliser sur les forces, bien plus que d’essayer de pallier les lacunes ou les manques. Il faut valoriser le développement des personnes plutôt que de les contraindre à cheminer vers des postes (ou fonctions) de leader.

Lorsque le leadership est partagé, il n’est pas nécessaire pour le gestionnaire d’abandonner ce qu’il préfère, c’est-à-dire résoudre des problèmes, pour gérer du personnel. Pour y parvenir, il faudrait donc :

  1. mieux relier les programmes formels de formation avec l’ensemble des moyens informels de développement que les gestionnaires utilisent déjà. L’apprentissage doit être vu comme un processus continu plutôt qu’une « expérience » annuelle ;
  2. élever les attentes, les exprimer clairement et que chaque gestionnaire reçoive plus fréquemment un feed-back spécifique et authentique sur son impact. Ce feed-back peut et doit provenir de plusieurs sources et non pas seulement de son supérieur immédiat ;
  3. réfléchir aux personnes en qui l’organisation devrait investir, sans se limiter aux détenteurs de poste de gestion. Les contributeurs individuels peuvent avoir un grand impact sur le fonctionnement et la réussite de l’organisation.

Pour Alia Conseil, le développement du leadership consiste à développer une culture de leadership en travaillant avec un groupe de personnes exerçant des rôles stratégiques dans l’organisation. Ces personnes peuvent soit occuper des postes de gestion ou être des contributeurs individuels. Le développement du leadership passe donc par des activités concrètes liées à la vie organisationnelle, telles que la planification stratégique, la mesure de l’engagement ou de la mobilisation, pour lesquelles les gestionnaires ont des rôles essentiels à jouer. Pour Alia Conseil, le développement du leadership repose aussi sur la création de communautés d’apprentissage regroupant des gestionnaires qui peuvent échanger dans un lieu informel structurant et ainsi s’améliorer continuellement.

Également d’intérêt
© Thomson Reuters Canada Limitée. Tous droits réservés. Mise en garde et avis d’exonération de responsabilité.

À propos de l'auteur

Présidente et chef de la direction de Alia Conseil et associée depuis plus de 20 ans, Catherine Privé est psychosociologue et titulaire d’une maîtrise en administration publique (M.A.P.), option « Analyse et développement des organisations ». À ce titre, elle assure le rayonnement et la visibilité de l’entreprise et y contribue via la présentation de conférences, la rédaction d’articles, la réalisation de mandats stratégiques, la participation à différents conseils d’administration et activités des ordres professionnels et la réalisation d’entrevues.

Elle oriente les stratégies de développement des affaires de la société, coordonne les activités du comité de direction, encadre et accompagne les directeurs de pratique dans leurs rôles. Elle est administratrice du conseil d'administration du Réseau Femmessor et membre indépendante du conseil d’administration de la Société du Centre des congrès de Québec. Elle est également coprésidente de la campagne majeure de financement de Jeunes musiciens du monde 2015-2020 et a été membre du cabinet de la campagne Leucan 2015. Elle a reçu une nomination au titre d'Incontournable des Ressources humaines du numéro d’octobre 2014 du magazine Premières en affaires. Elle siège également parmi les vice-présidents de la campagne de financement de la Fondation Asselin du Cégep de Jonquière et, depuis 2011, elle fait aussi partie des entrepreneurs-entraîneurs de l’École d’Entrepreneurship de Beauce, où elle a l’occasion de faire bénéficier les différentes cohortes de son expérience comme chef d’entreprise.

Consultez le site internet de Alia Conseil >